Catégories
actus planétaires

Lashana Lynch est notre nouvelle 007

Oui, Lashana Lynch héritera bien du matricule 007 dans Mourir peut attendre, le vingt-cinquième film de la franchise James Bond. Elle l’a confirmé dans une interview avec Yrsa Daley-Ward pour Harper’s Bazaar, publiée le 3 novembre dernier. L’actrice incarnera donc Nomi, une agent du MI-6 promue 007 suite à l’exil de Bond (Daniel Craig), probablement en raison de son idylle avec Madeleine Swann (Léa Seydoux). Souvenez-vous donc : à la fin de Spectre, au beau milieu du Westminster Bridge, Bond se retrouve au centre du pont, son arme braquée sur son ennemi juré, Blofeld, alors que l’attendent M (Ralph Fiennes) et Madeleine, chacun sur sa propre rive. Au lieu de l’achever, il fait tomber son chargeur, se dit à court de munitions… mais surtout : il ajoute qu’il « a mieux à faire », soit retrouver son nouvel amour. Au vu des premières images de Mourir peut attendre, l’idylle semble tourner court… et encourager le retour de Bond sur les devants de la scène au MI-6. Où il découvrira donc qu’il a été remplacé en son absence !

« Mourir peut attendre », parce que le film a déjà été décalé à deux reprises en raison du coronavirus, mais en ce qui concerne le fait de troller, les interessé.e.s n’attendent pas. Une avalanche de commentaires haineux et masculinistes s’abattent à nouveau sur l’actrice, selon lesquels cette décision irait à l’encontre de l’œuvre de Sir Ian Fleming et serait, grosso modo, un délire de « SJW » (pour Social Justice Warriors) auquel aurait cédé la productrice Barbara Broccoli. Et encore, on vous a résumé ça sans les noms d’oiseaux et autres absurdités.

Le problème, c’est que c’est la deuxième fois que Lynch se fait lyncher (vous l’avez ?), puisque l’idée qu’elle puisse incarner 007 s’était déjà propagée dans les tabloïds britanniques en avril dernier. Une source anonyme indiquait au Daily Mail que l’une des premières scènes du film montrerait M en train d’appeler l’agent dans son bureau, comme le veut la coutume dans la saga. Sauf que surprise : ce ne serait pas James Bond qui passerait la porte mais « Lashana, qui est une femme noire magnifique » (« Lashana who is black, beautiful and a woman »). Tels sont les mots de la source, quelque peu discutables dans leur formulation, qui ajoutait alors de manière un peu plus claire que « Bond est toujours Bond », mais qu’il a été remplacé en tant que 007 par « cette éblouissante femme ». Nous ne sommes pas certains que désigner la remplaçante attitrée de l’agent Bond uniquement par sa beauté soit la chose la plus adéquate, mais voici l’information qui a suffi à mettre le feu aux poudres, et qui a également poussé l’actrice, peut-être déjà mise à mal par les commentaires masculinistes qui ont surgi suite à sa participation dans Captain Marvel, à supprimer totalement sa présence sur les réseaux sociaux (ça ne vous rappelle pas ce qu’a subi une certaine Kelly Marie Tran sur Star Wars ?), comme elle l’indique dans la récente interview évoquée ci-dessus. En avril, l’actrice s’est concentrée sur elle-même et sa famille, le temps que la crise passe, estimant que ces commentaires n’étaient pas « contre elle personnellement ».

L’arrivée de l’actrice dans le rôle de Nomi correspond à la volonté d’insuffler un nouveau souffle à la franchise, autant exprimée par Daniel Craig que par Barbara Broccoli. Pour rappel, c’est l’acteur lui-même qui a demandé à ce que Phoebe Waller-Bridge, créatrice des séries Fleabag et Killing Eve, soit impliquée sur le scénario de Mourir peut attendre, afin d’y faire évoluer la perception des rôles féminins dans la saga… et pourquoi pas le regard de James Bond lui-même sur les femmes ? En 2020 (ou plutôt 2021, en raison du report du film), qu’en sera-t-il du concept de James Bond Girl ? L’agent secret sera-t-il toujours à l’affut de nouvelles conquêtes ou fidèle à son amour pour Madeleine Swann, tel le James Bond de George Lazenby pour son épouse à la fin d’Au service secret de sa majesté ? Les personnages féminins pourront-ils (enfin) exister indépendamment de leur lien avec lui ? Dans The Independant, Waller-Bridge indique que sa contribution a surtout profité à la réécriture de quelques dialogues existants afin d’offrir plusieurs alternatives… Concernant son propre personnage, Lashana Lynch voulait s’assurer à la lecture du scénario qu’il correspondait à ce qu’est « être une femme noire » aujourd’hui : « je me suis mise en quête d’au moins un moment dans le script auquel les spectateurs noirs pourraient hocher la tête, exprimer leur désapprobation quant à la réalité mais être du moins fiers de voir leur réalité représentée », ajoute-t-elle. Elle voit surtout son rôle comme une manière de « s’éloigner de la masculinité toxique » et de remettre en cause les stéréotypes autour du genre et de la couleur de peau.

Il est donc essentiel de rappeler à toutes et tous que le personnage de Lashana Lynch n’est pas James Bond mais bien un nouveau personnage à part entière, et que le titre de 007 est loin de lui être réservé. Certes, Bond est le héros créé par le romancier Ian Fleming. Certes, Bond a sauvé le monde à déjà vingt-quatre reprises au cinéma et pourrait bien le sauver une vingt-cinquième fois, mais si et lorsqu’un agent disparaît, quelqu’un peut prendre sa place. Car ce n’est qu’un matricule, un numéro, par conséquent, tout le monde peut le porter : il n’y a bel et bien qu’un seul James Bond (et encore, chaque acteur qui l’a incarné lui a apporté sa particularité), mais il peut bel et bien y avoir plusieurs 007. Tout comme Eggsy, le personnage de Taron Egerton, qui hérite du titre de Galahad dans la saga Kingsman après la supposée mort du personnage de Colin Firth. Ce qu’il sera intéressant de voir, dans ce Mourir peut attendre, c’est la manière dont le personnage de Lashana Lynch pourra renverser les tropes liés à James Bond : aura-t-elle aussi des conquêtes, feminines comme masculines ? Sera-t-elle uniquement une femme d’action, qui ne mélange pas vie privée et vie professionnelle ? S’autorisera-t-elle quelques tacles à l’encontre de l’ancien teneur de son matricule ?

Dans tous les cas, les femmes seront sur le devant de la scène dans ce vingt-cinquième James Bond : outre Lashana Lynch et le retour de Léa Seydoux, Mourir peut attendre peut aussi compter sur Naomie Harris en tant que Moneypenny, et sur Ana de Armas dans le rôle de Paloma, une agent de la CIA qui accompagnera Felix Leiter (Jeffrey Wright), lui aussi de retour après Casino Royale et Quantum of Solace. C’est d’ailleurs lui qui poussera James Bond à reprendre le service pour chercher Valdo Obruchev, un scientifique disparu. Cette mission le mènera dans les pas de Safin (Rami Malek), un terroriste dont les plans mettraient en danger la vie de millions de personnes… en plus d’avoir un lien direct avec Madeleine Swann. Si tout va bien, on se donne rendez-vous le 31 mars 2021 au cinéma !

 

Par Gabin Fontaine

J'adorerais me faire étrangler par Ezra Miller, mais il m'a plutôt dit bonjour en me faisant un câlin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s