Catégories
actus planétaires

Halo : bordel, quand on rentre dans le biz…

Du haut de notre vaisseau, impossible de ne pas voir l’arche de la planète Reach et entendre les choeurs vertigineux de Martin O’Donnell. Halo : Combat Evolved, malgré ses limites, a provoqué un boum sans précédent dans l’histoire du jeu vidéo lors de sa sortie en 2001. Parce qu’il a popularisé à quasiment lui tout seul la « Direct X-Box » (oui, c’était le nom d’origine de la Xbox, moi aussi j’ai de la culture), mais aussi parce qu’il est devenu un phénomène de société sans précédent, allant même jusqu’à provoquer la chute du box-office au moment de la sortie du second volet – à titre de comparaison, Halo 2 a récolté en 24 heures plus d’argent (en dollars constants) que n’importe quel blockbuster de l’histoire du cinéma en 2004. On vous renvoie par ailleurs à l’excellent quoique parfois hagiographique documentaire sur Halo 2 : Anniversary, intitulé Remaking the Legend.

Vous vous en doutez : ce qui attaque le cinéma se doit évidemment de finir au cinéma. En 2005, Alex Garland (le monsieur derrière les scripts de 28 jours plus tard et Sunshine) est approché par Microsoft pour rédiger un script. Daniel B. Weiss (l’une des deux têtes pensantes de la série Game of Thrones) puis Guillermo del Toro l’ont réécrit un an après. Universal et Fox se sont accordés pour produire le film, accompagnés de MONSIEUR PETER JACKSON et Fran Walsh qui ont décidé de mettre à la barre un petit nouveau : Neill Blomkamp.

Toute ressemblance avec 343 Industries serait purement fortuite…

Pour faire bref : le film a subi de multiples reports dûs à une mésentente globale entre Microsoft et les détenteurs hollywoodiens. Microsoft ne voulait allouer que 10 millions de dollars au début du projet, puis Universal en a perdu 135 à force d’attendre le feu vert de la production. La 20th Century Fox ne voulant pas partager les coûts, chaque parti (Jackson/Fox/Universal/Microsoft) a campé sur ses positions, et Steven Spielberg via sa société DreamWorks faillit reprendre un temps le flambeau pour lancer le projet – sans succès. Le projet s’arrêta en 2007 (le comble étant que cette année était celle de sortie prévue en amont…) et Blomkamp fit ses films de son côté à la place.

Il faut dire que le réalisateur sud-africain, âgé de 25 ans à l’époque de la pré-production, avait été dégoûté de voir cinq mois de travail partir en fumée à cause de mésententes financières. Plusieurs projets ont circulé après les départs de Jackson et Blomkamp – on parle notamment d’une ébauche de travail du scénariste Stuart Beattie dans la lignée de Halo 3 – mais toute tentative de résurrection est restée en « stand-by » niveau salles obscures. Pas de panique, Blomkamp et Jackson ont tout de même collaboré ensemble sur l’acclamé District 9, peu de temps après l’annulation de leur projet d’adaptation.

… Non on déconne.

Mais pour Halo, qu’en est-il ? Eh bien la série vidéo-ludique a quand même eu son pendant « cross-media », entre courts-métrages d’animation en co-production avec Warner Bros, I.G et la Toei Animation (Halo Legends) ; et web-séries exclusives pour la sortie de jeux vidéo de la saga (Halo 4 : Forward Unto Dawn ; Halo : Nightfall…). Le souci est que, malgré des gros noms – Ridley Scott aurait par exemple produit Nightfall – et des adaptations d’ouvrages acclamés (ces médias sont autant inspirés des jeux que d’ouvrages officiels unanimement appréciés et intégrés dans le canon de la licence), rien n’a vraiment convaincu le public et la critique. Encore moins L’aube de l’espérance, film fauché mal écrit et aseptisant une DA labyrinthique qui aurait pu nuancer la SF ultra-militariste du projet. Finalement, le film n’a trouvé sa place qu’en deuxième partie de soirée sur NRJ 12…

Au fond, vous vous posez sans doute la question de pourquoi on en parle. Eh bien, parce qu’une nouvelle adaptation est censée voir le jour très prochainement. Pablo Schreiber (vu dans American Gods) doit prochainement prêter ses traits à l’imposant Master Chief, pour une série diffusée sur Showtime. Jusque-là, rien d’alarmant, c’est même plutôt positif. Mais un problème subsiste : il vient une fois de plus de sa production. Selon une interview de The Hollywood Reporter, la réalisatrice MJ Bassett (derrière le peu glorieux Silent Hill Revelation, mais surtout à qui l’on doit des épisodes de Power et Ash Vs Evil Dead) a dû quitter la production de la série pour se consacrer à son nouveau projet de film.

« Je ne peux pas revenir [sur Halo] car j’ai un autre projet sur lequel je travaillais. C’est mon prochain film, en fait. J’ai réussi à planifier mon film, mais Halo va également être tourné à ces dates. J’ai donc eu un conflit d’emploi du temps et j’ai dû m’éloigner, ce qui est vraiment dommage car Halo va être une série vraiment « fun ». J’avais vraiment hâte d’y être. Nous avons construit les décors, tout planifié et avons eu des super scripts. Ce sera un énorme, énorme « show ». Pablo Schreiber va être un grand Master Chief. L’ensemble du casting était bon, mais malheureusement, je ne peux pas y revenir. »

MJ Bassett pour The Hollywood Reporter.

Un nouveau coup dur pour une adaptation une fois de plus maudite, qui a toujours eu du mal à se construire un pont intermédial entre la qualité de ses jeux et le « space opera » politique et idéologique qu’elle pourrait offrir au cinéma. Certes, si Halo est à la base un carrefour de références SF, il peut tout aussi bien garantir une nouvelle saga épique au 7ème Art, que les concepteurs ont qui plus est réussi à nuancer en offrant des points de vue différents au fil des épisodes (Master Chief, l’Arbiter Covenant, Spartan Locke…). On espère que cette série arrivera à son terme, mais surtout qu’elle rendra enfin honneur à toute une formidable mythologie qui n’attend qu’une Major (vous l’avez ?) pour voir le jour au cinéma. De toute façon, va falloir commencer à s’activer, parce que ce sont pas les premières images de Halo : Infinite qui risquent de redonner le sourire aux fans actuellement…

Sinon, messieurs les producteurs, Charlie Hunnam en Master Chief repris de justice et Ben Whishaw en 343 Guilty Spark, ça ne vous intéresse vraiment pas ? Si jamais, envoyez vos messages à legrandoculaire@gmail.com. Merci.

PS : pour les trois passionnés de Neill Blomkamp qu’il reste sur Terre, voici le travail rendu par le réalisateur pour la promotion de Halo 3. Ca s’appelle Halo : Landfall, et c’est plutôt triste car malgré l’aspect « cheap » du plateau, l’ambition était bien là.

Par Tanguy Bosselli

Rédacteur en chef adjoint du Grand Oculaire. J'attends rien des hommes à part Shenmue.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s