Catégories
actus planétaires

Neuf plate-formes VOD à visiter durant le confinement

A moins que vous habitiez Bulgazar, vous n’êtes pas sans savoir que nous repartons pour un confinement d’un mois en prévision d’une deuxième épidémie. Il nous paraissait alors important de faire un petit briefing sur les différentes plate-formes existantes en ligne.

C’est certain que l’offre ne sera jamais infinie mais il y a quand même suffisamment de bons films à regarder légalement pour une vie entière. Ce retour chez soi est comme en mars : une balle dans la tête de la culture. On va pas remettre en cause les choix du gouvernement sans doute guidé par d’éminents scientifiques qu’il n’est pas adéquat de contredire actuellement. En revanche, on peut essayer de soutenir le médium cinématographique et ses acteurs qui risquent de s’affaiblir encore plus durant un mois.

Certes, on ne peut pas aider les distributeurs, exploitants, agents de cinéma et autres acteurs en faveur d’un visionnage en salles. En revanche, on peut soutenir certains producteurs, intermittents du spectacle qui ont travaillé d’arrache-pied et dont leur métier sera diffusé sur nos écrans à domicile. Nous avons donc décidé ensemble de vous répertorier de nombreuses plate-formes pour lesquels vous pouvez vous abonner afin d’éviter de télécharger illégalement et continuer à détruire le pôle culturel national. En voici une liste non-exhaustive (sans classement aucun) avec quelques petits détails rien que pour vous. Pour y accéder, vous n’aurez qu’à cliquer sur le sous-titre de chacune présentée.

#1 MUBI

Vous la connaissez sans doute, probablement la plate-forme d’auteur la plus réputée de la niche cinéphile, MUBI est un hébergeur permettant de découvrir une poignée de films sur une durée limitée, dont parfois des exclusivités. Jonathan Glazer et Luca Guadagnino ont par exemple vu leurs derniers courts-métrages diffusés chez eux. Comme dit plus haut, sa plus grande force est de restreindre sa sélection en quelques métrages pour justement centrer les thématiques et forcer la curiosité. Tout y est diffusé, de Roger Corman à John Landis en passant par Benoît Forgeard et Nagisa Oshima. La liste de cinéastes et de pays représentés est immense, impossible de tous les citer ; mais si votre appétit cinéphile est plus gros que la sélection de l’abonnement, vous pouvez aussi profiter d’une vidéothèque plus conséquente, mais qui nécessité quelques coûts supplémentaires.

Et à part ça, combien ça coûte ? 9,99€ par mois si vous prenez un abonnement mensuel, 71,88 par an (soit 5,99€ par mois) si vous prenez un abonnement annuel. Les abonnements sont résiliables à tout moment. Sept jours sont offerts lors d’une première inscription. Si vous êtes étudiants en cinéma-audiovisuel, MUBI est offert via ce site.

#2 LaCinetek

La page d’accueil du site résume bien l’identité de la plate-forme : « LaCinetek [Cinémathèque des Réalisateurs] a demandé à des réalisateurs du monde entier la liste de leurs 50 films de chevet. C’est l’addition de toutes ces listes qui composent notre catalogue. » Imaginé en 2015 par Cédric Klapisch, Pascale Ferran et Laurent Cantet, LaCinetek regroupe des films unanimement acclamés (Memento de Christopher Nolan, des films de Frederick Wiseman) mais aussi des « trésors cachés » de cinémathèques ou autres acteurs du cinéma, pour citer la sélection éponyme de l’hébergeur (Visages d’enfants de Jacques Feyder est un exemple parmi une centaine). Un réservoir inépuisable de longs et courts-métrages à consommer et – surtout – analyser sans modération.

Et à part ça, combien ça coûte ? Le film à l’unité est à louer à partir de 2,99€. Une sélection mensuelle de 10 films – avec toujours de très grands classiques à (re)découvrir – est à 2,99€ par mois sans engagement. Une paille, en gros.

#3 Shadowz

Lancé en début 2020 suite à un financement participatif réussi avec brio, Shadowz se présente comme l’équivalent français de Shudder : une plateforme de SVOD uniquement dédiée au cinéma de genre et ses déclinaisons. Du « giallo » au film de zombies en passant par l’« ozploitation », le service a su, en très peu de temps, se spécialiser de manière très satisfaisante et riche, proposant notamment des films encore inédits en vidéo chez nous ! Ajoutons à cela une sélection garnie de court-métrages en plus de nouveautés fréquentes, de bon aloi en cette période d’Halloween. Vous obtenez alors un mélange aussi complet qu’unique par chez nous, à découvrir et soutenir absolument si vous aimez le style (et si vous traînez ici, il y a de fortes chances).

Et à part ça, combien ça coûte ? 4,99€ / mois sans engagement avec 7 jours gratuits (vous avez encore le temps de vous inscrire pour le 31 octobre !!)

#4 Outbuster

On a tous et toutes en mémoire ces petits films sans prétention mais bourrés d’idées, souvent diffusés lors de festivals dédiés mais qui disparaissent ensuite dans les abysses du 7ème art sans même nous faire l’honneur d’une sortie physique… Et bien Outbuster a justement fait de cette exploration d’un cinéma « autre » sa spécialité. Regroupé sous divers catégories aussi barrées que variés, tout le cinéma récent le plus déviant et insortable se retrouve ici, avec son lot de curiosités ou d’OVNIs en provenance du Japon, des États-Unis, de France, d’Allemagne, d’Angleterre, de Navarre et bien d’autres. Une plate-forme peut être moins populaire que les autres citées mais tout aussi indispensable et hautement recommandable si vous voulez vous développer une culture loin des circuits traditionnels.

Et à part ça, combien ça coûte ? 6€ par mois sans engagement avec un mois gratuit. Au vu du catalogue proposé, ça vaut son pesant de cacahuètes. Gare aux allergies !

#5 UniversCiné

UniversCiné est une plate-forme synthétique, axée en particulier sur les films indépendants. Si beaucoup de films de festival américains sont présents, on note aussi l’importance de grands classiques hollywoodiens, d’immenses chefs-d’oeuvre contemporains (on parie que vous resterez en admiration devant la métaphore cinématographique de l’introduction de Nostalgie de la lumière de Patricio Guzman) et de cinéma français populaire ou plus confidentiel (Les ogres de Léa Fehner, Eden de Mia Hansen-Løve…) Une sélection panachée, à l’instar de nombreux services à la carte, mais qui a le mérite de n’avoir quasiment aucune fausse note dans sa sélection. Ca tient presque du miracle.

Et à part ça, combien ça coûte ? Un catalogue de 700 films est à disposition pour 6,99€/mois sans engagement (sept jours sont offerts), ou à hauteur de 69,99€ par an. Un service de location à la carte est aussi disponible pour louer / acheter en version dématérialisée de nombreux films (on me signale que Hotel by the River de Hong Sang-soo est déjà disponible… voilà. Mais en vrai y en a d’autres).

#6 Le Vidéo Club Carlotta Films

Le fonctionnement du Vidéo Club Carlotta Films recense tous les films recensés par le distributeur indépendant français. Souvent incontournable et issue du patrimoine, l’offre proposée est sans cesse alléchante. Certes, tous les longs-métrages ne sont pas présents simultanément, mais l’offre est suffisamment costaude pour vous divertir durant tout le confinement. Le renouvellement des films varie selon différentes sections : les documentaires, les « incontournables », « le réalisateur du mois » (une rétrospective d’un cinéaste, fut un temps Milos Forman par exemple) et autres curiosités non-françaises ou américaines qu’on vous laisse fouiller sur leur plate-forme.

Et à part ça, combien ça coûte ? Le vidéo-club Carlotta propose son service de VoD par abonnement à 5€/mois ou à 50€/an, sans engagement. 7 jours sont offerts lors de la première inscription. Un code promotionnel « VIDEOCLUB50 » est disponible pour profiter d’un premier mois à -50% pour les curieux.

#7 Henri

La Cinémathèque a créé durant le confinement de mars dernier une salle entièrement virtuelle dédiée à du cinéma de patrimoine. Elle s’appelle « Henri » et regorge de perles issues notamment du cinéma muet. Certains films (notamment ceux tombés dans le domaine public comme La chute de la maison Usher de Jean Epstein) sont encore disponibles sur le site dédié mais certains  (tel Seul contre tous de Gaspar Noé) ne sont visionnables que durant un temps limité. Ce reconfinement sera sans doute le moyen pour la Cinémathèque française de se replonger dans ses archives pour le plus grand bonheur des cinéphiles…

Et à part ça, combien ça coûte ? Bah c’est GRATUIT ! Voilà. Sinon ça va vous ?

#8 Téléfoot, La chaîne du foot

Non je déconne.

#8 Amazon Prime Video

Soeur moins reconnue que Netflix, Amazon Prime Video souffre de son interface instable et cachant tout son potentiel. Parce que la plate-forme en a. Effectivement, on peut penser ce que l’on veut du PDG de l’entreprise, qu’elle met à disposition des films comme elle expédie des réfrigérateurs au Swaziland, mais elle regorge de trésors indispensables. D’une part, elle concentre un nombre incalculables de séries dont elle a tous les droits (notamment X-Files, Profit ou sa création originale The Boys). D’autre part, parce que certaines de ses productions ont eu le mérite de flatter notre petit oeil dernièrement (le curieux The Vast of Night de Andrew Patterson). En clair, un parfait rival du monsieur au N rouge, tant dans le contenu que dans la vertu…

Et à part ça, combien ça coûte ? Un essai gratuit de 30 jours accompagné d’un abonnement Amazon Prime de 49€ par an (sans engagement ultérieur). L’abonnement donne aussi accès aux avantages Prime du site. On dirait presque qu’on est des lobbyistes, mais c’est pas vrOh merci pour les 50 balles tombés par terre Jeff !

#9 Netflix

Il fallait bien qu’on en parle quand même. Notre choix était à la base de ne pas l’évoquer, de faire comme si elle était déjà bien implantée et qu’elle ne méritait pas plus de description. Mais finalement, on a fait demi-tour. Deux raisons : la première est qu’elle est une bibliothèque passionnante, bien aidée par le partenariat avec MK2 qui lui a ouvert la porte de très grands films du XXème siècle qui lui manquaient tant. La deuxième sort début décembre et est réalisée par David Fincher. Je vais pas vous faire un dessin. Y a bien le Kaufman aussi, mais on est pas très emballés par le bonhomme. Son vrai défaut se trouve ailleurs : s’agirait de payer ses impôts en France, non ?

Et à part ça, combien ça coûte ? Tout est sans engagement. 7,99€ par mois pour accéder à Netflix via un seul écran et avec une résolution maximale de 640×480 (de la SD, en gros). 11,99€ par mois pour deux écrans simultanés et une résolution en 1920×1080 (FullHD). 15,99€ par mois pour quatre écrans simultanés et la possibilité de regarder vos médias en 4K et en HDR. Mais on a pas essayé, on est pas encore payé par le site pour se le permettre… (t’entends Paul ?)

Nous arrivons à la fin de ce bref tour d’horizon des hébergeurs disponibles pour ce mois de novembre. On aurait aussi pu parler de Salto ou MyCanal, toutes aussi importantes, ou encore d’autres plate-formes que nous n’avons pas encore visitées. Autrement, chacune a donc ses caractéristiques, les films qu’elles proposent sont régulièrement différents les uns les autres, et c’est pour ça que la gratuité temporaire de toutes celles-ci peut vous permettre de changer d’offre en permanence et ainsi varier les plaisirs et les découvertes. Du moins, on ne peut que vous le conseiller.

Par Tanguy Bosselli

Rédacteur en chef adjoint du Grand Oculaire. J'attends rien des hommes à part Shenmue.

2 réponses sur « Neuf plate-formes VOD à visiter durant le confinement »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s